23/12/2008

A ceux qui passent ....

 A vous ....

 

A tout les gens qui passent
je voudrais leur dire
que les choses qui m'agace
ne sont que souvenirs
que seul restent les traces
qui ne font que souffrir
que ces idées ne s'effacent
qu'au dépend des désirs

0jl0b9s7

Je voudrais qu'il s'arrête
ce passé d'infini
que tout sors de ma tête
qu'enfin je sois guéri
qu'un nouveau temps s'apprête
vers une future vie
de ce maudit je jete
pour que tout me sourit

0jl0b9s7

j'écris ces paroles
avec une musique au coeur
quelques idées me frôle
mais mon âme n'a pas peur
comme ce son d'Arcole
joué quand c'était l'heure
quêtant comme une obole
quand des êtres se meurent

0jl0b9s7

A tout les gens qui passent
je voudrais leur dire
que dans ce désuet espace
ils pourront se souvenir
qu'ici il y avait des traces
à ne plus en finir
et aucunement de place
pour un éventuel devenir

G

0jl0b9s7

signature

 

18:59 Écrit par écriture dans Poêmes perso | Lien permanent | Commentaires (9) |  Facebook |

23/09/2008

Toi, l'amie ....

A toi ....

Toi, l'amie, celle de mon adolescence
qui conçois si justement mon errance
tu tolères mon moi, qu'est tel un déluge
et passivement, ma vie, tu ne juges

0jl0b9s7

Cette constante présence en pensées
enraye mon coeur et mon âme de sombrer
dans un univers impossible et lointain
où il n'y a ni passé, ni présent, ni demain

0jl0b9s7

Outre mon émoi maussade et penseur
dans ces laps de temps où je suis ailleurs
tu affiches patience et compréhension
quand je dis que la vie n'est qu'illusions

0jl0b9s7

De mon destin, si un événement arrive
je t'en supplie, ne pars pas à la dérive
un être jeune  auras besoin de savoir
le pourquoi retraçant mon histoire

0jl0b9s7

Toi, mon amie, celle de l'enfance
ma vie ne tiens qu'à ta présence
merci d'être là,
juste là ....

G

0jl0b9s7

 

signature

15:32 Écrit par écriture dans Poêmes perso | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

17/09/2008

Le destin ....

Le destin ....

Cet incontournable temps qui passe
entretenant maintes et maintes abîmes
objectant l'anéantissement de toutes traces
telle la tempête coupant les arbres aux cîmes

0jl0b9s7

L'été des chaleurs laisse place à l'automne
l'humidité tombante conjointement à la nuit noire
ôte la ferveur des sens pour des temps monotones
où les jours finissent par d'interminables soirs

0jl0b9s7

Ces instants de solitude incontournables
mettent à mal les reflexions de l'âme
engendrant des pensées suffisament exécrables
pour un avenir au devenant infâme

0jl0b9s7

La tranquilité à l'arrivée trop précaire
le devenir étant quasiment incertain
ce temps passant devenu trop éphémère
se joue d'une idéologie d'un futur destin

G

0jl0b9s7

signature

00:17 Écrit par écriture dans Poêmes perso | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |