23/09/2008

Toi, l'amie ....

A toi ....

Toi, l'amie, celle de mon adolescence
qui conçois si justement mon errance
tu tolères mon moi, qu'est tel un déluge
et passivement, ma vie, tu ne juges

0jl0b9s7

Cette constante présence en pensées
enraye mon coeur et mon âme de sombrer
dans un univers impossible et lointain
où il n'y a ni passé, ni présent, ni demain

0jl0b9s7

Outre mon émoi maussade et penseur
dans ces laps de temps où je suis ailleurs
tu affiches patience et compréhension
quand je dis que la vie n'est qu'illusions

0jl0b9s7

De mon destin, si un événement arrive
je t'en supplie, ne pars pas à la dérive
un être jeune  auras besoin de savoir
le pourquoi retraçant mon histoire

0jl0b9s7

Toi, mon amie, celle de l'enfance
ma vie ne tiens qu'à ta présence
merci d'être là,
juste là ....

G

0jl0b9s7

 

signature

15:32 Écrit par écriture dans Poêmes perso | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

17/09/2008

Le destin ....

Le destin ....

Cet incontournable temps qui passe
entretenant maintes et maintes abîmes
objectant l'anéantissement de toutes traces
telle la tempête coupant les arbres aux cîmes

0jl0b9s7

L'été des chaleurs laisse place à l'automne
l'humidité tombante conjointement à la nuit noire
ôte la ferveur des sens pour des temps monotones
où les jours finissent par d'interminables soirs

0jl0b9s7

Ces instants de solitude incontournables
mettent à mal les reflexions de l'âme
engendrant des pensées suffisament exécrables
pour un avenir au devenant infâme

0jl0b9s7

La tranquilité à l'arrivée trop précaire
le devenir étant quasiment incertain
ce temps passant devenu trop éphémère
se joue d'une idéologie d'un futur destin

G

0jl0b9s7

signature

00:17 Écrit par écriture dans Poêmes perso | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

15/09/2008

L'inconnue ....

L'inconnue ....

Où es-tu, toi, l'inconnue, l'idéal mystèrieux
te cacherais-tu dans un profond ténébreux
me laissant seul, isolé, extrèmement solitaire
recherchant l'âme soeur tant complémentaire

0jl0b9s7

Une histoire m'a malheureusement meurtri
brisant un coeur déjà amplement affaibli
résultant d'un manquement de sommeil
que son ombre, revenant, me tenait en éveil

0jl0b9s7

La blessure consécutive à l'aventure finie
causant un saignement frôlant l'hémorragie
la cicatrice n'étant pas encore en suffisance
l'armement n'en sera que patience

0jl0b9s7

Pénibilité pour retrouver réalisme
subtilité chassant l'illusionnisme
tant d'efforts déployés avec hargne
qu'un bien-être, décidément, gagne

0jl0b9s7

Je saurais etre imaginatif, attentif
les mots murmurés j'en serais receptif
tendre, entraînant, passionné
et d'une véhémence raisonnée

0jl0b9s7

Je laisse faire gentiment le temps
vivre surement et tranquillement
mais je sais qu'un jour tu viendras
et qu'à deux, notre vie, on finira ...

G

0jl0b9s7

signature

23:47 Écrit par écriture dans Poêmes perso | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |